image
  • Administrator
  • il y a 5 mois

Sevrage tabagique : l’urgence !

Le tabagisme est la première cause de mortalité évitable en France. Le bénéfice du sevrage tabagique est réel, quel que soit l’âge du patient au moment de l’arrêt.

La motivation du patient est bien entendu essentielle et l'accompagnement par un personnel de santé augmente les chances de sevrage. Si le patient est dépendant (évaluation de la dépendance par le test de Fagerström), plusieurs options, médicamenteuses ou non, sont envisageables :

1. Le traitement nicotinique de substitution (TNS), qui est le mieux évalué, représente le premier choix. Il est disponible sous différents dosages et sous 5 formes : dispositifs transdermiques, cartouches pour inhalation buccale, gommes à mâcher, comprimés à sucer et comprimés sublinguaux.

2. Deux médicaments ont une indication, en deuxième intention, dans l’aide au sevrage tabagique des sujets fortement dépendants : la varénicline (Champix®) et le bupropion (Zyban®). L’efficacité de ces deux médicaments n’est pas supérieure à celle du TNS et leur balance bénéfice/risque est défavorable. Il est préférable de ne pas les conseiller.

3. La cigarette électronique n’a pas le statut de médicament. Les solutions générant l’aérosol sont de composition variable et contiennent ou non de la nicotine. Les solutions contenant de la nicotine semblent avoir une efficacité comparable à celle du TNS. Les effets du propylène glycol et du glycérol chauffés et inhalés sont mal connus, et des substances toxiques ont été retrouvées à faibles concentrations dans certains aérosols. Même si la cigarette électronique n’est pas un traitement actuellement validé et pouvant être recommandé par les personnels de santé, ces derniers ne doivent pas dissuader les patients désirant recourir à cette méthode de sevrage. A n’en pas douter, les substances contenues dans l’aérosol de la cigarette électronique sont moins dangereuses que celles contenues dans la fumée du tabac.

4. Les autres méthodes, telles que l’acupuncture ou l’hypnothérapie, n’ont pas fait la preuve d’une efficacité dans l’aide au sevrage tabagique.

Partager :